AU JARDIN DES HESPERIDES

Bonjour,

Au Jardin des Hespérides, huit Sacrés de Birmanie partagent notre vie en ce moment, dont trois chats neutrés. Ce sont nos "petits", nous les aimons, les respectons et les protégeons !…  Quelques chatons naissent de temps en temps à la maison, sous haute surveillance, car les birmanes ne mettent jamais bas seules !  Tout ce petit monde fait partie intégrante de notre famille ! Aussi, chez nous, comme chez d'autres amoureux des animaux, il y a certaines choses qui vont de soi :

Pas de chats enfermés, pas de chat adulte cédé  non stérilisé, les chats  ne vont pas dehors ( ils disposent d’un jardin enclos et grillagé ), les chatons sont aussi cédés à cette condition, ceci afin de préserver leur santé car les vaccins ne protègent pas contre tout.  De plus, le birman étant un chat d'intérieur au même titre que le persan, il meurt le plus souvent d'accident lorsqu'il sort, aussi nous préférons mettre en garde les futurs maîtres avant qu'ils ne s'engagent à adopter un chat à la maison, c'est aussi un chat qui se défenestre facilement, aussi non seulement  ils devront le garder à l'intérieur mais aussi  faire très attention s'ils ne veulent pas avoir le chagrin de le perdre très vite. Nous ne laissons jamais nos chats seuls sans surveillance plus de 24 heures, nous demandons aux familles adoptantes de faire de même, adopter un chat est un engagement, nos chats comptent sur nous pour prendre soin d'eux ! il est facile de prévoir une visite de sécurité, au moins une fois par jour, lors des courtes absences, pour les absences supérieures, attention, très sensible, le birman est capable de se laisser mourir s'il se sent délaissé, il faut absolument prévoir une garde soit à la maison soit dans la famille, ou carrément l'emmener avec soi !

On nous demande souvent : " vous avez combien de chats ? combien de reproducteurs ?" se cache évidemment derrière cette question une  curiosité récurrente quant à la rentabilité d'un élevage félin comme le nôtre....  et bien tous nos chats ne reproduisent pas, certains sont stérilisés comme dans la plupart des élevages familiaux, ils restent près de nous tant qu'ils sont heureux de vivre en groupe, à nos côtés...  La rentabilité est un mot inconnu chez l'éleveur de sélection.... il est un passionné avant tout et ignore ce que veut dire compter... Ne dit-t'on pas d'ailleurs : "quant on aime, on ne compte pas" ?...

Nous prenons un grand soin à l'alimentation de nos chats, nous demandons aux familles adoptantes de faire de même et ils le font toujours avec un immense plaisir !!!!
 


Ici, on ne fait pas plus d'une portée par an par chatte, et tant que possible,  les femelles  ne reproduisent pas avant 18 mois ; elles sont stérilisées très jeunes, parfois,  il arrive qu'elles ne fassent qu'une seule portée avant d'être libérées et confiées à une bonne famille...

En effet nous nous efforçons de ne pas avoir trop de chats à la maison, afin de les préserver et de pouvoir leur prodiguer soins et amour à profusion : le travail de sélection amenant à garder des chats, il est hors de question que ce soit  au détriment de leur bonheur, les soucis de rentabilité étant par ailleurs difficilement compatibles avec l'amour des animaux et encore moins avec un travail de sélection de la race !... aussi à part quelques rares exceptions chez quelques bons éleveurs qui arrivent tant bien que mal à en vivre, et plutôt mal que bien, il faut bien l'admettre, chez la plupart, cela reste un hobby, assez coûteux du reste et je trouve très bien comme ça.
C'est donc de la même façon, afin de garantir leur bien-être, qu'il nous arrive de temps en temps de placer des adultes stérilisés, parfois très jeunes, lorsque ces derniers, trop exclusifs avec leurs humains,  n’acceptent plus la vie en effectif...  A ces grands Amoureux des Chats, à ces familles aimantes et dévouées, qui les rendent oh combien heureux et nous donnent toujours des nouvelles, je tiens à exprimer ici ma profonde gratitude.

 



Pareillement
, mes mâles sont le plus souvent castrés et placés au cours de  leurs trois premières années car leur comportement de mâle les condamnera hélas très vite à l'isolement, aussi  dans le passé certains ont été confiés à des amis sous l'unique condition qu'ils n'aient ni accès à l'extérieur, ni d'autre chat chez eux, pour des raisons sanitaires bien sûr( ce qui est assez compliqué en pratique, ne pas avoir le mâle sur place ),  d'autres passent quelques temps chez nous, choyés au sein de notre famille, avant de saillir  parfois une seule chatte à la maison... un mâle birman arrive à maturité vers dix mois, et là, il  marque tellement son territoire et devient si entreprenant avec les minettes qu'on doit souvent se résoudre à l'isoler... Dans ces conditions, nous nous efforçons de garder une descendance rapidement, et nous les libérons très vite, ils sont très câlins et ne comprennent pas qu'on les mette à l'écart, ils peuvent souffrir de dépression, d'anorexie et ont besoin d'être très entourés pour supporter leur condition. On est amenés à stériliser très tôt ce genre de mâle hypersensible , pour les autres, certains s'y faisant plutôt bien, on peut faire plusieurs saillies et les garder deux ou trois ans sans les rendre trop malheureux, ce qui nous permet de travailler la race bien évidemment.  Notre mâle dispose d'un chalet spacieux et chauffé, avec musique d'ambiance, et grand enclos herbagé et  sécurisé, agrémenté d'une terrasse.
La qualité de vie et le bonheur de nos chats est et sera toujours notre priorité, avant l'élevage.

 



Nous désapprouvons les méthodes de certains prétendus éleveurs ou plutôt "marchands de chats" qui entassent les chats dans des locaux étroits, loin de toute chaleur humaine,  épuisent leurs femelles par deux voire trois portées par an jusqu'à des âges avancés, 9, 10, 11 ans ou plus encore !.... et qui, entre autres, n'hésitent pas à mettre  plusieurs mâles entiers ensemble, sans se soucier des bagarres et du stress engendrés par cette situation,  ces malheureux chats  utilisés à des fins lucratives, sont  parfois abandonnés dans des enclos en ruine et sans aucun confort, à l'abri de la vue, au fond d'un jardin, ou encore dans des caves crasseuses, en cages bien souvent, où ils se morfondent d'ennui et de tristesse, privés de liberté, privés d'amour, ils ne connaîtront rien d'autre.... Plus fréquents qu'on pense, ces dits "élevages familiaux",  leurs chats  bien cachés au fond de leurs taudis, se cachent toujours derrière une belle vitrine ou de belles paroles...

Dénués de tout scrupule, c'est ainsi que certains confient leur production à la vente d'animaleries sans souci de leur devenir, là les chats passent parfois de longs mois à se morfondre en cage avec pour seul espoir qu'une âme charitable  prenne pitié d'eux et les sorte de leur prison....Aussi afin de ne pas cautionner ce commerce, nous achetons notre matériel dans les magasins qui ont une meilleure conception de l'élevage, et nous ne participons jamais à des ventes d'animaux en animalerie : nos chats ne sont pas des biens de consommation, l'acte d'adoption d'un animal se doit d'être mûri et réfléchi, il engage une quinzaine d'années de dévouement et d'amour, il est naturel qu'en tant qu'êtres vivants, les animaux aient droit eux aussi à notre considération ....
En boycottant les magasins qui proposent des animaux à la vente, on évite de cautionner ces pratiques...  il n'y a aucun intérêt, si ce n'est la solution de facilité, à aller chercher un animal ailleurs que dans l'élevage qui l'a fait naître ! là, vous y verrez ses parents, ses conditions de vie, et vous lui éviterez aussi un grand traumatisme : il est déjà rude pour lui de quitter sa fratrie et ses parents éleveurs qui ont pris soin de lui,  pour rejoindre sa future famille,  pourquoi lui rajouter encore en plus l'immense stress de l'animalerie ? il risque d'y côtoyer des animaux plus ou moins sains venant d'élevages différents, avec forcément des risques majorés ! il n'y a là vraiment que du désagrément pour l'animal comme pour sa future famille.

 


A côté de ceux qu'on peut qualifier de "marchands de chats", il existe encore beaucoup de bons éleveurs, encore faut t'il les connaître !... et rien ne vaut pour cela qu'une visite sur le lieu de l'élevage ! une prise de contact au préalable évite bien des surprises et vaut tellement mieux qu'un achat impulsif : les bons éleveurs aiment qu'on sache faire la différence, il est encourageant de constater que dans la pratique, la majorité des amateurs de chats de race privilégient la qualité et le côté sentimental de l'éleveur... Nous avons pu remarquer que la première attente, après la bonne santé, est l'éducation et l'attention portée aux chatons, bien avant les critères de beauté ou le coût du chaton....les acquéreurs de chats de race aiment avant tout que leurs chatons soient choyés et aimés par leur éleveur ...

Pour des raisons sanitaires principalement mais aussi pour ne pas perturber l'équilibre et l'entente de notre "famille chat", nous n'accordons pas de saillie extérieure avec nos mâles, nos chattes sont aussi saillies uniquement par nos étalons.



Cela fait environ 20 ans que l'on parle en France de la maladie polykystique rénale chez le persan et l'exotic shorthair, on en est très vite venus à accuser à tort le Sacré de Birmanie d'en être souvent porteur, parce que c'est une race apparentée au persan, aussi suite à une tendance en vogue à l'époque,  souhaitant offrir le maximum de garanties, en 2002,  nous avons fait effectuer sur l'ensemble de nos reproducteurs les tests PKD, ces tests se sont révélés négatifs à 100%, c'était des tests par échographie, il n'existait rien d'autre. Aussi, quand les tests génétiques sur la salive sont sortis, beaucoup plus fiables, j'ai à nouveau testé tous mes chats et notamment systématiquement les nouveaux chats introduits, jusqu'à ce jour, je n'ai jamais encore eu un birman positif pkd à déplorer, donc ?....
La maladie polykystique rénale (MPR) du chat persan et apparenté ou polycystic kidney disease (PKD) est une affection congénitale, héréditaire transmise par les parents à leur descendance. Elle touche actuellement environ 40% des chats Persans et Exotic Shorthair dans tous les pays du monde et représente un problème majeur dans ces élevages. Les autres races de chats peuvent aussi être affectées à partir du moment où du sang persan est présent dans la race. Il n'existe pas, à l'heure actuelle, de statistiques précises concernant ces autres races. L'âge moyen d'apparition des signes cliniques est de 8 ans. Après renseignements pris à l'Ecole vétérinaire de Nantes, il s'avère que cette maladie n'affecte que rarement le birman, et qu'en conséquence, il n'y a pas lieu d'effectuer de tests de dépistage dans cette race, sauf si on introduit du persan dans les programmes d'élevage, par exemple pour la création de nouvelles couleurs, telles le smoke ou le silver... Le laboratoire Genindexe, en concertation avec le Loof, a d'ailleurs pour toutes ces raisons arrêté de proposer un test génétique PKD pour le birman, qui du reste n'existe pas en tant que spécifique pour la race et donc aucune fiabilité, les chats étant"eeeeqa toujours négatifs de ce fait.

La cardiomyopathie hypertrophique féline ou« CMH », couramment appelée « HCM » c'est à dire « hypertrophic cardiomiopathy » est une maladie génétique présente chez différentes races félines (Main Coon, Persan, British bleu, Chartreux, Himalayen, Siamois, Burmese, Ragdoll). Cette affection se traduit par un épaississement progressif du tissu musculaire cardiaque. Les chats présentent parfois mais pas systématiquement, un souffle cardiaque et des difficultés respiratoires, dans les cas sévères, ils sont condamnés souvent très jeunes. Le Sacré de Birmanie n'est que rarement touché par cette maladie mais contrairement à la PKD, il y a probablement des lignées touchées car il arrive de voir des cas de temps en temps. Pour faire au mieux et offrir le maximum de garanties à  nos familles adoptantes,  nous effectuons depuis 2015 des échographies cardiaques sur nos mâles  pour dépister d'éventuels porteurs, sachant que ce sont les mâles qui sont à 80% touchés par la maladie, ainsi que toutes les femelles depuis 2017. Sachant que cette échographie se pratique sur un chat adulte et qu'il est impossible de dépister les porteurs de HCM à 100% pour nous car le test ADN n'existe pas pour le Sacré de Birmanie et qu'il n'existera probablement jamais, tant cette maladie est à visages multiples, et extrêmement complexe, pas forcément transmissible, suivant les cas. Les limites de l'échographie cardiaque sont donc juste un dépistage des chats malades et bien sûr en ce cas, susceptibles de transmettre la maladie puisque potentiellement porteurs s'ils sont malades, sauf si leur HCM  n'est pas d'origine génétique évidemment, je le répète, elle ne l'est pas toujours, il est évident qu'un chat présentant une HCM sera castré immédiatement, avant même de reproduire. Elle peut cependant se déclarer tardivement, d'où la complexité du problème.

Nous pratiquons l'identification génétique sur tous nos chats reproducteurs depuis 2015.  Ainsi tous les chatons qui partent ont une traçabilité et l'adoptant peut tout à fait la vérifier en demandant un test ADN sur salive en laboratoire. La mention Identification Génétique ( DNA ) figure sous le nom de nos chats sur les pedigree des chatons. Nous ne la réalisons pas sur les chatons qui partent stérilisés, pour des raisons de coût, mais elle est réalisable, comme je l'ai expliqué précédemment.  Nous pouvons néanmoins le faire sur demande.

 

 

Nos chats tout comme nous-mêmes, préfèrent aux expositions les siestes sur les canapés, aussi vous nous y verrez rarement... ou uniquement dans des clubs que nous apprécions, cela afin de les soutenir et bien sûr, de retrouver nos amis... Nous nous refusons à vendre nos chatons en exposition pour deux raisons : la première se situe au niveau de la prévention sanitaire, la seconde est que nous aimons bien connaître les personnes à qui nous confions nos chatons, rien ne vaut pour cela qu'une petite visite à la maison, autant pour nous que pour le futur propriétaire ....
Certaines races étant néanmoins moins demandées que d'autres, il est vrai parfois aussi que leurs éleveurs n'ont pas d'autre choix, et que j'en connais d'ailleurs aussi qui placent certes leurs chatons en exposition mais avec d'infinies précautions, ce qui est bien sûr tout à leur honneur... cependant on ne peut nier que  les salons félins sont un lieu très stressant pour un chaton, où il peut être mis au contact de nombreuses maladies, et qu'il peut s'en suivre des problèmes de santé et des traumatismes psychologiques... quant on peut,  c'est tellement mieux pour tout le monde de venir les chercher à la maison, les mères elles-mêmes, aiment voir avec qui leurs chatons partent, ainsi, chez nous, elles ne cherchent jamais leurs petits, avouez qu'il y a de quoi en être interpellé ? .....

 

 

A notre grande tristesse, certains de nos chats n'ont pas eu la vie dont nous rêvions pour eux, ils avaient pourtant été confiés à des particuliers, ils auraient dû être heureux et choyés....
Parce qu'ils montaient sur leurs meubles ou détérioraient leurs tapisseries, certains ont voulu les "dresser", les traumatisant à vie... alors qu'un chat est fait pour vivre en hauteur et qu'il est dans sa nature de faire ses griffes ! Y a-t-il plus beau spectacle qu'un chat, souverainement juché sur notre plus belle armoire, observant nos allées et venues de toute sa hauteur ?....ou  faisant ses griffes avec délectation, bien soigneusement à l'endroit interdit, nous provoquant ainsi avec bonheur ? .... On se doit d'être conscient quand on adopte que la maison ne sera pas si nette, qu'il faudra davantage passer l'aspirateur, qu'on devra s'équiper de brosses anti-poils, et que certains fauteuils précieux ou non, pourront être légèrement dégradés.
D'autres personnes encore ont sous-estimé nos mises en garde,  les laissant sortir au jardin, sur un balcon sans surveillance,  ou jouer avec des élastiques qu'ils ont ingérés : nous avons eu ainsi plusieurs chats décédés d'accident... un accident peut arriver à tout le monde certes, mais il est bon de souligner une nouvelle fois l'importance des recommandations de l'éleveur qui connaît si bien les chats qu'il élève.
Enfin certains ont apparemment oublié de penser au  bien-être de leur futur animal, absents le plus souvent,  ils ont malgré tout adopté un birman pour le délaisser ensuite, or un birman livré à lui-même, privé de tendresse, seul la plupart du temps,  souffrira fatalement de troubles du comportement, le birman est un chat hypersensible dont on doit s'occuper et qui demande beaucoup d'attention !.... un chat qu'on ne laisse pas seul un week-end, ou encore pire, pendant les vacances.
il nous est arrivé à l'époque où nos chatons partaient non stérilisés, que certains "changent d'avis" et se lançant dans l'élevage, achetant sans prendre le temps de réfléchir, plusieurs chats de compagnie parce que c'est moins cher et plus facile à obtenir, pensant sans doute que c'était simple, et probablement  rentabiliser leurs achats, ils en ont fait des chats très malheureux ensuite, et ils ont découvert à leurs dépens la grande difficulté de l'élevage, je vous rassure, ils n'ont pas duré bien longtemps... le birman est un chat exclusif et sensible !...et l'élevage ne se fait pas sans soucis, il faut beaucoup de force et de passion pour durer.  Nous avons placé en toutes ces années environ une dizaine de chats chez des éleveurs choisis avec soin, ces placements très réfléchis, à part une exception,  ne m'ont pas déçus, des chats respectés et heureux,  le travail de l'éleveur derrière l'a été également. S'il est bien vrai que nous avons moins de tracas à confier nos petits aux amoureux des chats pour la compagnie tout simplement, il est un fait indéniable que nous nous devons aussi de partager notre travail, ayant été bien contents de bénéficier de celui d'autres avant nous.

Dans le monde du chat, il existe certaines pratiques assez inavouables telles  celle d'acheter ses reproducteurs par personnes interposées, cela s'appelle "l'achat en sous-marin" comme expliquent, encore contents d'eux, ceux qui le pratiquent !...des éleveurs sans foi ni loi, mais aussi des professionnels des animaleries se sont fournies de cette manière dans ma région !....aussi vous ne vous étonnerez donc pas que nous soyons ainsi amenés à prendre les mesures qui s'imposent afin de protéger nos chatons de ces pratiques scandaleuses, à savoir stériliser nos chatons, c'est aussi les protéger.
De plus en plus, je le déplore, les petits règlements de comptes mesquins existent entre éleveurs, certains petits clans très fermés, des éleveurs qui se croient propriétaires de leurs lignées, comme ils disent, oubliant qu'ils ont dans les mains le travail des autres !...  Tout ceci est assez attristant et décourageant et mérite d'être dit....

 

Belem, fille d'Ulala et de Dundee, trois mois, seal point
 

Il est un fait que les intentions cachées de certains, et la folie d'autres,  sont bien difficilement décelables quand on place un chat, que ce soit chez un particulier ou un éleveur d'ailleurs.....et s'il y a des pages trop douloureuses qu'on pense ne jamais pouvoir tourner, il reste la passion et l'amour de la race, le bonheur de voir un chaton naître puis grandir, la joie des familles quand elles partent avec un de nos chatons dans les bras,  ... ainsi, même si elles nous semblent chères payées, nos erreurs passées nous indiquent , je l'espère,  le meilleur chemin ensuite...

Ah quel monde particulier que celui de l'élevage félin, peuplé de tant d'égocentriques, avides de cocardes, de profit, et laissant si peu de place parfois pour l'amour  des animaux.... Un vrai monde de folie aux primes abords .. mais on y fait parfois de belles rencontres ...Il y a aussi de belles personnes chez les éleveurs, chez les juges aussi, il y en a... Et s'il est bien certain que les titres et les glorioles et le fait qu'ils soient plus ou moins beaux ne changeront rien en l'adorable créature  qui dort en chaque chat, nous pouvons remercier le ciel chaque jour d'avoir le privilège de vivre entourés d'eux ! ...OUI, LE CHAT est un animal à part, il est LE compagnon de l'homme, il semble n'être né que pour l'accompagner et le rendre heureux, d'ailleurs il ne peut s'épanouir qu'à cette condition !.. imaginez l'horreur des refuges et la détresse de ces chats devenus "inutiles"...Insupportable, injuste, terrible... car il y a de très beaux chats dans les refuges aussi, et même si certains le sont un peu moins que d'autres, ils ont tous la beauté intérieure du Chat né pour aimer l'homme et pour le choyer ! oui, ces "laissés pour compte" qui n'ont aucune valeur marchande si ce n'est celle du coeur peuvent eux aussi amener beaucoup de joie dans un foyer  ( voir le lien des refuges )

Nous ne souhaitons pas particulièrement céder nos chats pour la reproduction, mais restons néanmoins conscients de la nécessité de transmettre aussi à des personnes de confiance, le modeste résultat de nos efforts pour passer la main, sachant qu'il est par ailleurs évident que nous ne pouvons travailler la race seuls, qu' il faut savoir recevoir mais donner aussi en retour. Mais nous ne souhaitons pas que nos chatons passent tous leurs week-end en exposition, lieu de stress, de propagation de maladies, ils ont droit à un minimum de respect, à savoir une vie paisible, gage de bonheur et de bonne santé !
 

Belem, huit mois,
 chez Claudie Begue

C'est ainsi, afin de leur garantir santé et bien-être, afin de préserver également  les lignées et le travail effectué derrière, honorant la confiance des éleveurs qui nous ont confié leurs chats, que nous demandons aux gens qui choisissent d’adopter un chaton chez nous de bien vouloir lui laisser mener une vraie vie de « chat de coussin » !...
Ainsi, nos chatons partent toujours stérilisés chez des personnes dignes de confiance, ces conditions sont stipulées sur tous nos certificats de réservation et certificats de vente ; cette pratique au départ peu courante dans les élevages français, devient aujourd'hui plus fréquente et c'est une bonne chose pour préserver la race, elle est aussi  habituelle dans nos refuges, pour les raisons que vous connaissez ( protection animale !), en ce qui nous concerne, le pedigree est remis tout à fait normalement le jour du départ du chaton, cette stérilisation est offerte gracieusement… comme un gage de bonheur pour nos chatons !…..
( voir article sur la stérilisation précoce )

 

Bergamote, neuf semaines, fille de Tijuana et Big Love
lilas tabby point, à Madame Anne-Marie Bogard.

 

Les chats destinés à la reproduction sont peu nombreux : car ils doivent déjà réunir toutes les qualités requises au niveau du standard, ce qui n'est pas chose facile dans une race aussi difficile... aussi les rares élus restent à la maison ou partent exclusivement chez des amis  éleveurs dont nous apprécions : l’éthique,  le travail et la qualité de vie des chats.

Nous vous remercions de votre compréhension.

Pascale

AU JARDIN DES HESPERIDES
Sacrés de Birmanie,
Élevage de Sélection
Couleurs seal, blue, chocolat, lilas, en uni et tabby
Élevage testé FCoV-fiv-felv
Reproducteurs testés PKD par ADN à l'entrée
Reproducteurs dépistés HCM par écho cardiaque
Elevage négatif giardia et tritrichomonas feli
Chatons élevés en famille
Puce électronique,
Vaccins typhus coryza Purevax Merial, une seule injection
Pedigree LOOF,
Suivi après placement souhaitable

Mme Maignan Pascale
12 rue du Champ Bouin
22400 Noyal

Tél : 02.96.31.39.35 / 06.62.11.93.62

Siret 419 643 879 000 10
Capacité 22-013

 
 

Remonter la page



~ Accueil  ~ La chatterie ~ Le Sacré de Birmanie ~
~ Caractère et entretien du Birman ~ Les mâles ~
~ Les femelles ~ Chatons ~ Précédentes portées ~ Galerie ~ Les retraités ~
 ~ Contact ~ Liens ~
Le coin des votes ~ E-mail ~ Livre d'or ~